Sélectionner une page

Juste un peu de temps. Caroline Boudet. Editions Stock. 2 Mai 2018.

Présentation de l’éditeur

« La charge mentale. La foutue charge mentale. Qui ressemble de plus en plus à une charge explosive qu’elle ferait volontiers sauter… Quelque chose a claqué en elle. Sophie ne voulait pas rentrer, ne pouvait pas. Elle ne voulait plus de cette vie-là. Ses pieds n’avaient tout simplement pas pu prendre le chemin de la gare, ses doigts avaient d’eux-mêmes éteint son portable, et son instinct maternel — je suis
indispensable, je suis coupable, ils ne sont rien sans moi — s’est mis en mode silencieux pour la première fois depuis sept ans.
Un silence absolument, pleinement, intensément reposant. »
Mon avis :

Merci à Netgalley et aux éditions Stock pour ce service presse.

Sophie est victime de ce qu’on appelle « la charge mentale ». Elle vit avec Loic, travaille, gère la vie de famille et leur trois enfants. Et un jour, elle pète les plombs. Elle part, sans rien dire à personne parce qu’elle a juste besoin « d’un peu de temps ».

Plusieurs protagonistes donnent leur point de vue. Sophie, son mari Loic, Yann, un de leur enfant, et des amis.

J’ai eu un petit peu de mal à accrocher dès le départ. L’écriture est fluide mais je ne sais pas pourquoi je n’ai pas été totalement embarquée. Sur le milieu, j’avais envie de savoir la suite. Et la fin m’a laissée sur ma faim.

On peut facilement se reconnaitre dans cette histoire, les personnages nous parlent, en tant que femme, on sait que trop bien tout ce qu’il y a à gérer, la fatigue, les envies de se retrouver seule, de pouvoir souffler, d’avoir du temps rien que pour soi. L’homme qui dit « qu’il aide sa femme » alors qu’il n’a pas à aider, qu’il à son rôle à jouer autant que la femme, parce que le couple des temps révolus, justement, c’est révolu.

Sophie passe pour la mère parfaite, le couple parfait, qui réussit tout mais cache qu’elle n’est pas si heureuse que ça. On se rend compte que son travail ne la passionne plus non plus. Il y a des tentations, mais Sophie aime son mari, sa famille.

Je pense que cette lecture plaira au plus grand nombre. Parce qu’on peut s’identifier aux personnages, parce que le sujet est actuel, et problématique, en effet. Mais ça n’a pas fonctionné pour moi. J’ai quand même aimé découvrir cette histoire, et je la recommande mais peut-être que c’est trop « lisse » pour moi. Pas de grandes remise en question pour Sophie, excepté une ou deux, intéressantes (que je ne dévoilerais pas) mais qui ne sont pas solutionnée, en fait. Je crois que j’aurais aimé un épilogue, aussi. Savoir que ce pétage de plomb lui a apporté quelques chose de concret, savoir qu’elle allait mettre en place des actions pour y remédier, pour soulager tout ce qui lui pèse sur les épaules, alléger son quotidien, cette charge mentale que beaucoup de femmes connaissent. La fin est ouverte et sans prise de risque et ça m’a déçue. J’aime quand les héros se dépatouillent avec leur problèmes et en sortent vainqueur. Je n’ai pas eu cette impression…

Vous avez aimé ? Dites le par ce biais !

Vous aimez ce blog ? Suivez-moi ailleurs sur internet !

Pin It on Pinterest

Share This