La lanceuse de couteaux. Eve Borelli. 20 Mars 2018. Editions Charleston.

 

 

Présentation de l’éditeur. La lanceuse de couteaux.

Cette histoire, c’est l’histoire de Siloé, qui ne voit plus la magie du cirque dans lequel elle a grandi et le quitte pour de mauvaises raisons mais qui en chemin, apprendra à faire ses propres choix et à définir ses envies personnelles. C’est l’histoire d’une indépendance progressive, piquée d’embûches, d’amitié et d’amour. Siloé est orpheline de mère et vit dans le cirque familial, entourée par toute une galerie de personnages atypiques. Mais la jeune fille rêve d’être lanceuse de couteaux, ce que son père lui refuse obstinément. La voilà donc qui décide de rallier un cirque concurrent pour – enfin – essayer de faire ses preuves.
Mon avis :
 
Je viens de terminer cette lecture, et donner mon avis à chaud est difficile. Pourquoi ?
 
 
Parce que ce roman m’a fait passer par toutes une horde d’émotions. J’ai même pleuré à un moment. Mais pas pleuré parce que c’était triste. Non, juste parce que le passage était émouvant. Très beau. Et je suis frustrée de l’avoir déjà terminé…
 
 
Le style d’Eve Borelli est vraiment prenant. Moderne et poétique. 
 
 
Dans la lanceuse de couteaux, on suit le parcours de Siloé, jeune fille évoluant dans un cirque, ainsi que toute une flopée de personnages. Déjà, l’environnement du cirque est dépaysant, intéressant et original. L’atmosphère est très bien rendue, on s’y croirait. Comme si les mots avaient des couleurs.
 
 
Siloé, frustrée d’être sous le joug de son père qui lui refuse son rêve de devenir lanceuse de couteaux, décide, un peu rapidement, de rallier un cirque concurrent. Bien sûr, elle ne le fait pas sans raison, l’énigmatique Rafael l’invite à partir avec lui.
 
 
Sauf que tout ne va pas se passer aussi facilement. Déjà, elle n’est pas la bienvenue pour tout le monde dans ce cirque. Ensuite, le beau Rafael, qui a envouté Siloé, va rapidement tomber de son piédestal.  Tout ça est amené lentement, on sent le truc arriver, et un sentiment de malaise grandit en nous. Mais Siloé tient le coup. Par fierté, détermination, aveuglement, bref, elle veut devenir lanceuse de couteaux, coûte que coûte. Elle ne veut pas rentrer chez elle, la queue entre les jambes, avec une impression d’échec.
 
 
Il y a Bowie, aussi. Bowie, le meilleur amie de Siloé, qui apparait dès les premières pages. Je me suis tout de suite attachée à lui.  Il est drôle, fantasque, joueur, et on sent de vrais sentiments derrière son comportement qu’on pourrait qualifier de léger, une vraie profondeur dans ce qu’il est.
 
 
On suit donc la descente aux enfers de Siloé, partie pour vivre son rêve, laissant derrière elle sa famille, sa communauté, ses habitudes, l’ennui et la répétition. Dans cette descente aux enfers, il y a la manipulation, la violence, l’humiliation. Tout ça est écrit de manière légère et profonde à la fois. Pas de pathos. Pas de mots de trop. Juste cette atmosphère un peu étouffante, dérangeante.
 
 
Puis le geste de trop (ou l’accumulation, le déclic…) et Siloé s’en va. Enfin ! On est soulagé, on respire de nouveau. On se dit que ça y est, le happy end arrive… mais non. Parce que Siloé n’a pas fait tout ça pour rien. Elle n’a pas quitté son cocon pour se retrouver là, presqu’au point de départ. Siloé a besoin de se trouver, encore. 
 
 
De nouveaux personnages apparaissent, très attachants, qui vont encore aider Siloé dans la quête d’elle-même.
 
 
La lanceuse de couteaux m’a vraiment conquise. Ce récit est riche en émotions, en descriptions. Totalement prenant. Il y a toujours de humour, de la légèreté en arrière-fond, même si le thème est grave. On s’attache facilement aux personnages. On craque pour Bowie. On a de la tendresse pour Siloé, on ne peut que siffler d’admiration devant son courage. On a envie de partager l’ambiance des soirées du cirque nuageux. 
 
 
 
Une lecture coup de coeur, que je recommande vivement ! Dépaysement, émotions, sourire, coeur qui se serre. Et une pointe de regret en terminant ce roman. J’aurais aimé qu’Eve Borelli continue à nous enchanter avec ce récit original, émouvant et addictif.
Vous avez aimé ? Dites le par ce biais !

Vous aimez ce blog ? Suivez-moi ailleurs sur internet !

Pin It on Pinterest

Share This