Un arbre, un jour. Karine Lambert

Un arbre, un jour. Karine Lambert. Calmann-Levy. 2 Mai 2018

Présentation de l’éditeur :

Du haut de mes trente-deux mètres,
je les regarde vivre sur la place du village.
Depuis cent trois ans, je partage leurs nuits et leurs jours,
j’effeuille leurs amours et parfois j’envie leurs cris de joie.
En ce matin de printemps, un avis d’abattage est cloué
sur le platane centenaire qui ombrage ce village de Provence.
Entraînés par un petit garçon effronté, sept habitants s’unissent
pour découvrir qui souhaite la mort du géant.
Ensemble, ils combattent cette sentence absurde,
tandis que l’arbre les observe et vibre avec humour et philosophie
au rythme de leurs émotions et de leurs conflits.
Qui l’emportera… le pouvoir ou la solidarité ?
Aux premiers jours de l’été, Clément, Suzanne, Fanny
et les autres ne seront plus les mêmes.
Mon avis :
Merci à NetGalley et aux éditions Calmann-Levy pour ce service presse.
J’avais déjà lu les précédents romans de Karine Lambert, que j’avais beaucoup aimés. J’ai été très contente de pouvoir avoir ce service presse et de découvrir ce tout nouveau roman. Karine Lambert se renouvelle à chaque histoire, et un jour, un arbre est un récit original.
Dans  un arbre, un jour, l’auteur alterne les points de vue. Il y a l’arbre, l’élément central du roman, menacé de se faire couper.
Clément, un jeune enfant débordant d’énergie et de courage. Big up à ce jeune garçon pour sa bravoure, pour suivre ses convictions, pour ne rien lâcher.
Suzanne, qui a repris le bar PMU du village, et ses soucis.
Fanny et son amant pas si gentil que ça.
Les soeurs Adeline et Violette qui vivent ensemble, vieilles filles qui ont perdu leur amour lors de la guerre.
Il y a Manu, François, « le voyageur » et tous les autres…
Plusieurs tranches de vie autour d’un enjeu plus ou moins important pour eux : l’arbre va être abattu. L’arbre est plus que centenaire, il ne sait rien de ce qui se trame sous son nez, il aime frémir au gré du vent, accueillir les hirondelles au printemps, sentir les chaussettes des enfants glisser contre son écorce lorsqu’ils lui grimpent dessus. Clément refuse que l’arbre soit tué. Il va mettre en place tout ce qu’il peut pour changer ça. Les autres personnages vont adhérer à sa cause, avec plus ou moins d’entrain. Jusqu’au dénouement. L’arbre va-t-il être sauvé ?
J’ai beaucoup aimé cette lecture. Les pages se tournent toutes seules, je me suis attachée aux personnages, j’ai aimé les voir retourner la situation dans leur tête, découvrir leurs pensées, leurs idées, leur implications.
Je recommande cette lecture. C’est doux, tendre, frais, très agréable. Et j’ai beaucoup aimé lire le point de vue de l’arbre !
Vous avez aimé ? Dites le par ce biais !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *